À Propos

L’actuel restaurant « Horace au Boulevard » tire ses origines du travail soutenu de ses propriétaires qui évoluent dans le domaine de la restauration depuis plusieurs décennies.

Connu depuis 1977 sous le nom de « Cantine Monsieur Poutine », le restaurant « Monsieur Poutine » voit le jour à l’automne 1999 avec à sa tête Hélène Prince et Marc-André Lavoie, ex-propriétaires du restaurant « Horace » de Drummondville. Trois ans plus tard et à la suite de rénovations majeures de la salle à manger, un prénom est donné au restaurant « Monsieur Poutine » qui est alors rebaptisé « Horace Poutine ».

En 2009, Gérald Savoie, ex-propriétaire de l’établissement « La Trattoria » de Drummondville, se joint à Hélène Prince et Marc-André Lavoie comme actionnaire d’« Horace Poutine ».  À l’automne 2010, les trois comparses entament un projet de grande envergure soit un agrandissement majeur ainsi qu’une rénovation extérieure complète. Les travaux vont bon train, le rêve était sur le point de devenir réalité, mais au grand désarroi des propriétaires, le feu a complètement ravagé les nouvelles installations. Durant les mois qui ont suivi ce malheureux événement, plusieurs scénarios se sont alors offerts à ces derniers. 

Forts du succès obtenu au cours des dernières années et n’ayant pas peur des défis, madame Prince et messieurs Lavoie et Savoie décident alors de se relever les  manches. En mars 2011, ils font l’acquisition du « Restaurant du Boulevard », devenu l’actuel « Horace au Boulevard ». 

À l'automne 2015, Véronique LeBlanc, employée du restaurant de puis 20 ans et gérante, se joint à eux comme actionnaire.  Un an plus tard, M. Marc-André Lavoie, PDG, nomme celle-ci directrice générale afin de se permettre de débuter tranquillement une pré-retraite.  En janvier 2017, M. Gérald Savoie vend ses actions à M. Lavoie et Mme LeBlanc.  C'est donc sous le regard fier (il l'a toujours présentée comme "la fille qu'il n'a pas eue") et discret de M. Marc-André Lavoie que Véronique prend donc officiellement la relève.  M. Lavoie ne vient donc que quelques demi-journées par semaine afin de la seconder dans ses nouvelles fonctions.

Après 40 ans à servir la population d’ici, les projets foisonnent toujours chez « Horace». Les rénovations se poursuivent dans l’établissement et plusieurs améliorations sont en cours de réalisation afin d’assurer la continuité de cette véritable institution drummondvilloise.